ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Tous les forums > Le site > De l'utilité, ou l'inutilité, de décrire un itinéraire

De l'utilité, ou l'inutilité, de décrire un itinéraire


Aller à la page : 1 2 3 Suivante

Nouveau sujet Voir tous les sujets Chercher Archives
P
pluc
[121 posts] - Le 09/09/2013 22:31

Ce post m'est inspiré par les commentaires d'une sortie récente.
On m'a demandé d'écrire un topo. J'ai quelques autres bonnes raisons de ne pas le faire, mais, de toute façon, ce serait pratiquement impossible. Une grande partie de mon parcours se déroule en effet dans un secteur sillonné de multiples traces. Si la description n'est pas impossible théoriquement, elle serait si lourde qu'un éventuel utilisateur, en supposant qu'il s'y retrouve, ne prendrait certainement aucun plaisir à suivre l'itinéraire, étant obligé de s'arrêter et de réfléchir aux multiples bifurcations.

On (au moins les gens d'un certain âge) a connu le temps des topoguides, où la description, accompagnée d'un schéma plus ou moins fidèle à la réalité (plutôt moins en général, probablement pour éviter tout ennui avec l'IGN), permettait (mais pas toujours !) de s'orienter laborieusement. Cela pouvait convenir, faute de mieux, à la randonnée pédestre. Par contre, pour le vélo, c'était une véritable galère, qui nous privait parfois de tout plaisir.
Les premiers topos apparus sur la Toile reproduisaient cette configuration, avec éventuellement une carte véritable, mais rendue illisible "grâce" à une mauvaise définition (pour éviter le paiement de droits à l'IGN).
J'exagère un peu, car ce que je viens de dire concernait uniquement les secteurs "compliqués" ou ceux dont le réseau des sentiers était mal représenté par l'IGN. Les utilisateurs avisés essayaient, autant que possible, de tracer l'itinéraire sur une carte au 1:25 000 ème, avec laquelle ils s'orientaient.

Quoi de neuf depuis cette époque maudite ?
En ce qui concerne les topos papier, les éditeurs ont généralement compris l'intérêt d'inclure un fond de carte IGN, avec l'itinéraire en surcharge. Un éditeur connu vend aussi en option des traces GPS, qui accompagnent ses ouvrages.
Sur la Toile, on trouve généralement une trace GPS, que l'on peut télécharger ou afficher sur un fond de carte lisible (Géoportail IGN ou autre). Si on utilise un GPS, on fixe l'appareil sur le cintre ou (mieux) la potence et on roule avec la seule contrainte d'être un peu attentif à l'écran. A moins que l'on ne soit doté d'une mémoire phénoménale, et capable d'imprimer la carte dans son cerveau, c'est, à mon avis, la solution qui permet de se livrer à notre activité avec le maximum d'agrément. Cela n'exclut pas d'étudier au préalable l'itinéraire sur la carte, ni d'emporter une carte papier sur le terrain, utile en cas de panne électronique ou, tout simplement, pour l'intérêt de regarder où on chemine.
On m'a justement dit que tout le monde ne possédait pas un GPS. La meilleure solution est alors de s'orienter à l'aide d'une carte, sur laquelle on a reporté la trace. La description ne sert à rien, sauf cas particulier déjà évoqué plus haut, où on s'em... comme avant.

Je fais d'ailleurs remarquer que la plupart des descriptions sont rédigées à partir d'une carte, ne serait-ce que parce que les auteurs n'ont souvent effectué le parcours qu'une seule fois et ne peuvent se souvenir de tous ses détails. Je soupçonne même certains auteurs de topos commerciaux de ne pas avoir parcouru la totalité des itinéraires qu'ils décrivent.

F
Florent
[2038 posts] - Le 09/09/2013 23:39

Sur le dernier point 🤣

Et sur VTTour, bon nombre de topos ne décrivent plus l'itinéraire de manière précise, mais en se référant à la trace en copie... l'exemple déjà donné ici même sont les topos de Pierre en Suisse. (dans ce dernier cas, passer par le lien VTTrack pour avoir la carto suisse).

Le ded
[7463 posts] - Le 10/09/2013 00:36

Alors précisons qu'avec la carte, il faut obligatoirement une boussole et un altimètre. Etre en condition de savoir s'en servir et de savoir lire une carte (pratique quand il pleut ou il vente).

Ou alors un topo qui détaille avec précision le cheminement de l'itinéraire à chaque croisement, intersection ou autre point remarquable permettant un repérage. Mais ça demande un peu d'effort au rédacteur (certain l'ont fait et d'autre le referont...)

En stats, 1 gars sur 5 possède un GPS.
Le topo texte a encore de beaux jours devant lui.
Vttour de par son architecture rédactionnelle offre d'écrire le topo et de le compléter "accessoirement" par une trace GPS. Il faudrait me prouver le contraire!
😉

P
pluc
[121 posts] - Le 10/09/2013 06:27

Le ded a dit :il faut obligatoirement une boussole et un altimètre

Je m'en suis très rarement servi dans ma "carrière", sauf hors sentier (donc plutôt en alpinisme ou en ski) et par mauvaise visibilité 😉

P
pluc
[121 posts] - Le 10/09/2013 06:29

Le ded a dit :Vttour de par son architecture rédactionnelle offre d'écrire le topo et de le compléter "accessoirement" par une trace GPS. Il faudrait me prouver le contraire!


Peut-être l'architecture rédactionnelle de VTTour serait-elle à revoir 😜 🤣

P
pluc
[121 posts] - Le 10/09/2013 06:36

J'ai une petite remarque à rajouter.
Les topos papier invitent souvent à prendre une piste, là où existe un sentier plus ou moins parallèle, souvent bien connu des locaux. J'ai discuté une fois de cela avec un éditeur. Il m'a dit que la raison en était parfois le souci de simplifier la description.
Bel effet pervers ! 🙁

T
tinou74
[361 posts] - Le 10/09/2013 07:15

A l’interrogation : De l'utilité, ou l'inutilité, de décrire un itinéraire


Je rajouterai la question : Qu’attends t-on de la description d’un itinéraire ?

Pas forcément de permettre une orientation sur le terrain. La trace GPS ou son report sur une carte permettent le plus souvent de se diriger efficacement. Quelques cas peuvent cependant poser problème. Départ de sentier caché dans la végétation, modifié par le passage d’une piste … Mais ce ne sont là que des cas d’espèce.

Non ce que j’attends de la description d’un itinéraire ou d’un sentier , c’est surtout le niveau de difficulté (montée et descente), son caractère roulant ou non , combien de temps je risque d’y passer … Toutes les personnes qui explorent de nouveaux itinéraires se sont un jour laissés séduire par une courbe de niveau horizontale, un sentier élégant aux virages multiples, un aspect google earth ou géoportail raisonnable pour se retrouver à pousser ou porter leur VTT tout au long de l’itinéraire. Des sites où ne figurent que la trace GPS (Visu Gpx Open runner …) me laissent toujours insatisfait.

F
Florent
[2038 posts] - Le 10/09/2013 07:29

Le champ description de l'itinéraire doit permettre de decrire l'itinéraire sur la carte, c'est ecrit comme ca dans le guide de contribution (tout en suggérant fortement la trace GPS).

Je suis bien d'accord avec ton "pas forcément pour permettre de s'orienter (sur le terrain)"...

Souvent le texte est la pour "faire joli" et c'est la trace gps, demandée systématiquement fait en fait office de descriptif principal (et surtout sans equivoque). C'est juste un constat et pas un jugement.

Si on prend le descriptif d'ittineraire du topo du TMB je suis pas sur qu'on puisse tracer de maniere exacte le trace sur une carte... (pas plus qu'on puisse s'orienter sur le terrain).

Reste que c'est assez consensuel de laisser penser que le le texte est suffisant. ...Tout en operant une transition qui est déjà actee, a savoir que c'est la trace gps, sur fond cartographique qui est lue pour se memoriser l'itineraire, sur sa carte papier personnelle (quand c'est possible et que les sentiers sont sur la carte, pas de multiples bifurcations XC).

Autrement dit :
Il n'y a pas besoin d'avoir un gps pour apprecier la lecture d'une trace sur fond topographique... le texte (des topos et surtout des sentiers) devant apporter l'info complementaire.

P
pluc
[121 posts] - Le 10/09/2013 07:49

L'absence d'une description détaillée n'exclut pas des remarques sur des points particuliers : départ ou bifurcation peu évidents, plusieurs options parallèles... Au lieu d'une description complète, avec éventuellement des bâclages par les pistes souvent vus dans les topos papier (voir ma remarque plus haut), c'est justement cela qui mérite notre prose.

Le reste, type de terrain, difficulté, intérêt... qui ne figure d'ailleurs pas toujours dans la description pour ne pas l'alourdir, on le met ailleurs 😉

P
pluc
[121 posts] - Le 10/09/2013 07:59

Le ded a dit :En stats, 1 gars sur 5 possède un GPS.

Je suis persuadé qu'encore bien moins de monde roule en suivant la carte ou un descriptif. La grande majorité des vététistes ne sortent pratiquement jamais de quelques secteurs qu'ils connaissent bien, et, quand ils le font, c'est en se faisant accompagner (il n'y a qu'à voir le succès des randos organisées !)
Voir la faillite des topos papier à un certain moment. Il y a un renouveau de l'édition depuis quelque temps : probablement dopé par le développement important du VTT, mais surtout probablement par les progrès qui facilitent maintenant la publication à peu de frais de tout et n'importe quoi 😡
La plupart des vététistes "autonomes" ont maintenant compris tout l'intérêt du GPS. Ils n'ont plus envie de s'emboucaner la vie ! 😉

P
Pïerre
[1529 posts] - Le 10/09/2013 08:23

Pour moi, description très générale et courte et tracé GPX. A chacun ensuite de se démerder avec ce tracé, soit en le téléchargeant sur son GPS (dédié ou smartphone), soit pour les radins qui ne veulent pas se payer un truc qui fondu dans le budget global VTT ne représente vraiment pas grand chose, soit en le traçant sur sa carte papier.
Perso les descriptions, je ne les lis jamais s'il y a une trace associée.

En ce qui concerne le terrain (montée ou descente), tout est déjà dans les cotations et les points particuliers (un portage difficile ou une section ponctuelle en descente très délicate) sont à mettre dans les remarques terrain.

Du court, du concis, du synthétique, un peu comme dans les CR 😜

F
fontra
[1599 posts] - Le 10/09/2013 08:31

Le GPS ne dispense pas de partir avec la carte, notamment pour deux raisons : autonomie des piles ou batterie et vision d'ensemble du premier coup d’œil du coin parcouru.
Mais pour l’instant, je n'utilise que la carte .... mon GPS est quelque part dans la garrigue gardoise 🤭

Le topo permet a mon sens de poser un "squelette" de parcours et donner ainsi envie d'aller y poser ses crampons. Ensuite, chacun peut tricoter à sa guise 😉

F
Florent
[2038 posts] - Le 10/09/2013 08:34

Perso C'est plutot la sortie qui donne envie :
- les photos
- le descriptif terrain (en sentiers de préférence, pour tricoter justement).

GPS ou pas, là n'est pas la question, on discute du descriptif texte ou GPS de l'itinéraire, la facon de le suivre est secondaire.

Je rejoins Pierre "Perso les descriptions, je ne les lis jamais s'il y a une trace associée."

P
Pïerre
[1529 posts] - Le 10/09/2013 08:37

fontra a dit :Le GPS ne dispense pas de partir avec la carte, notamment pour deux raisons : autonomie des piles ou batterie et vision d'ensemble du premier coup d’œil du coin parcouru.

Effectivement, par contre en vélo comme on est à 99% sur sentiers répertoriés sur la carte, alti et boussole ne sont quasiment jamais utiles (même en cas de panne du GPS) contrairement à l'alpi ou la rando à ski.

Le ded
[7463 posts] - Le 10/09/2013 08:38

J'ai l'impression que l'on mélange tout 8O

On cite des éditeurs de topo papier (vtopo,...) quand on voudrait seulement parler des topos/sorties de Vttour.

On annonce des randos organisés pour la majorité des vététistes quand on est plutôt franc-tireur sur Vttour.

De l'utilité, ou l'inutilité, de décrire un itinéraire sur QUOI?
sur vttour ou sur un format papier issu d'un éditeur?? 8O

Pour le TMB, il faut peut-être revoir le topo mais on a eu aucun problème d'orientation sauf pour le début du col du névé de la rousse dont le panneau était inversé. C'est là ou la trace GPS ou la lecture de carte (sur smartphone) a joué son rôle.
--
Pas mal de sentier sont retracés ou nouveaux et n'apparaissent pas sur l'IGN (web ou carte) et c'est là que la description est importante.
😉

Aller à la page : 1 2 3 Suivante

Connectez-vous pour poster
Pour soutenir VTTour, faites le bon choix
En cliquant sur "accepter" vous autorisez l'utilisation de cookies à usage technique nécessaires au bon fonctionnement du site, ainsi que l'utilisation de cookies tiers à des fins statistiques ou de personnalisation des annonces pour vous proposer des services et des offres adaptées à vos centres d'interêt.

Vous pouvez à tout moment modifier ce choix ou obtenir des informations sur ces cookies sur la page des conditions générales d'utilisation du service :
REFUSER
ACCEPTER